• Accueil
  • N’NABABOUN, UN BEL EXEMPLE D’EXPLOITATION DE LA PTFM

N’NABABOUN, UN BEL EXEMPLE D’EXPLOITATION DE LA PTFM

N’NABABOUN, UN BEL EXEMPLE D’EXPLOITATION DE LA PTFM

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Au cours de sa tournée dans la région de la Kara,  Victoire Tomégah Dogbé  ministre  chargé du développement à la base, s’est rendue  ce 18 juillet à N’nababoun, localité située à 6 km de Bassar. Peuplé d’environ 500 âmes, la population doit son salut  à la Plateforme Multifonctionnelle (PTFM) installée   en 2015.

Composée  d’un moteur diesel 10C, d’un moulin à céréales N°2, d’un alternateur triphasé10CV monocylindre, d’une meuleuse d’angle fixe 3CV, d’une table chargeur portables, d’un moteur diesel 10CV monocylindre, la PTFM de N’nababoun est gérée par la scoops « teoufema », composé  de 37 membres dont 20 femmes.  Aujourd’hui,  les recettes  de la PTFM s’élèvent à 735 320 FCFA.

La PTFM a un impact certain sur ses exploitants  comme le confirment différents témoignages  recueillis sur place. Mais elle  a aussi apporté  à N’nababoun  une  nouvelle ère de bien-être.  Moudre son maïs  est  devenu  désormais une tâche quotidienne banale. Avant,  il fallait se rendre dans  un village voisin . « Moudre son maïs était une véritable corvée. Cela prenait  toute une journée, car généralement, le moulin était bondé de monde. Il fallait se lever tôt si on voulait se faire servir le même jour. Pendant ce temps, les hommes attendaient patiemment au village, car ne pouvant pas aller au champ  le ventre vide. Parfois, c’est la  fille scolarisée qu’on envoie au moulin  et qui y passe toute la journée au lieu d’aller à l’école ; cela finit généralement par l’abandon pur et simple des études.  Aujourd’hui,  avec la plateforme,  nous vivons une nouvelle ère à N’nababoun», témoigne Abalo Gado présidente du scoop teoufema.

Visiblement satisfaite, Mme Victoire Tomégah-Dogbé, a exhorté les  membres du groupement  à associer à l’exploitation de la PTFM  des activités génératrices  de revenus (élevage, champ collectif,  transport par tricycle …) afin d’augmenter les revenus.  Elle les a ensuite encouragés  à poursuivre leurs efforts pour bénéficier du projet d’hybridation des PTFM, qui sera bientôt  lancé.