• Accueil
  • Le MDBJEJ exécute 97,4% de sa lettre de mission 2020 malgré la COVID 19

Le MDBJEJ exécute 97,4% de sa lettre de mission 2020 malgré la COVID 19

Le MDBJEJ exécute 97,4% de sa lettre de mission 2020 malgré la COVID 19

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Le ministère du développement à la base, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes a tenu ce mardi 29 décembre 2020, sa traditionnelle revue annuelle de performance. Cette rencontre des acteurs impliqués dans la mise en œuvre de la mission du ministère s’est tenue cette année en ligne en raison des restrictions imposées pour contrer la pandémie de la COVID 19.

Cette revue, devenue un exercice annuel incontournable vise à évaluer les actions menées par le ministère au cours de l’année, en apprécier la pertinence, relever les difficultés rencontrées au cours de la mise en œuvre de ses actions et à identifier de nouvelles perceptives pour assurer un meilleur impact de ses actions sur les conditions de vie des populations.

Cette rencontre virtuelle présidée par Myriam Dossou-d’Almeida a permis de présenter les résultats suivants :

Pour le compte de la poursuite de l’amélioration du cadre et des conditions de vie des communautés à la base :

1 350 groupements (125%) et 2 357 CDB ont vu leurs capacités renforcées ce qui a permis à 194 communautés de disposer chacune d’un plan d’actions (100%). Dans cette même dynamique, 90 nouveaux quartiers ont été renforcés (102,1%) et 36 fédérations de groupements (100%) ont été appuyés ; 467 GIE financés (100%). Parallèlement, 206 infrastructures sociocommunautaires et économiques ont été réalisées (71%) et 7 nouvelles PTFM ont été installées. En ce qui concerne les filets sociaux, 97 518 (103,2%) écoliers ont bénéficié de 8 255 135 repas chauds. En outre, 59 179 ménages (97%) ont bénéficié des transferts monétaires au cours de cette année.

S’agissant de la promotion de la jeunesse et de l’emploi des jeunes :

Les actions entreprises dans le secteur, ont permis à 52 800 jeunes de bénéficier des activités socioéducatives et 4 unités d’infrastructures ont été réceptionnées cette année dont deux (2) équipées. Parallèlement, 8 861 nouveaux jeunes ont renforcé leur employabilité et 19 642 jeunes et femmes ont été formés en entrepreneuriat.

Aussi, le département a mobilisé et allouer 2,77 milliards de FCFA de crédits aux jeunes entrepreneurs. L’effet induit par toutes ces actions notamment la formation des jeunes en entreprenariat et l’allocation de microcrédits est la création par ces jeunes de 7 389 microentreprises, ce qui a pu engendrer 13 863 emplois durables (emplois directs) au profit des jeunes. Au même moment, les activités relatives aux travaux à haute intensité de main d’œuvre ont permis de créer 251 554 emplois temporaires au profit des jeunes.

Par rapport à l’exécution de la mesure des 25% de marchés publics à réserver aux jeunes et femmes entrepreneurs, sur 75 procédures réservées au niveau du ministère, 71 ont été attribuées à la cible soit un taux d’exécution de 94,67% pour un total de 350 334 340 F CFA.

Concernant la promotion de l’artisanat, jusqu’à fin septembre avant le détachement du secteur artisanat du ministère:

5 centres de ressources pour l’artisanat (CRA) ont été mis en place et 3 941 artisans ont bénéficié de perfectionnement professionnel. Dans le même sens, 308 autres artisans ont été formés en entrepreneuriat et 833 artisans ont été équipés en kits. Parallèlement, 43 artisans ont été appuyés pour leur participation aux foires et expositions au Togo et à l’extérieur. En tout, 1 069 entreprises artisanales ont créé et 2 546 emplois artisanaux générés.

Afin de réaliser ses actions prioritaires, le ministère a mobilisé auprès de l’Etat et de ses partenaires, vingt-cinq milliards un million quinze mille cinq cent cinquante-quatre (25 001 015 554) F CFA, contre près de 28,4 milliards FCFA, en 2019, soit une baisse des ressources de -11,82%.

En perspective, pour l’année 2021, l’engagement du ministère d’assurer la mise en œuvre effective du projet de mise en place du registre sociale unique et celui du renforcement des mécanismes d’appui aux TPME.