• Accueil
  • IL FAUT DE L’ENGAGEMENT POUR ALLER À BAMAKO

IL FAUT DE L’ENGAGEMENT POUR ALLER À BAMAKO

IL FAUT DE L’ENGAGEMENT POUR ALLER À BAMAKO

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Mobilisés suite à une convention de partenariat intervenue entre l’ANVT et le Centre de volontariat du Mali, 4 volontaires nationaux quittent le Togo, ce lundi 16 octobre 2017 pour une mission de 12 mois à Bamako, au Mali. Avant leur départ, le Ministre chargé de la jeunesse et de l’emploi des jeunes leur a prodigué d’utiles conseils au siège du cabinet du ministère. C’était en présence du représentant de l’Ambassadeur de la CEDEAO au Togo et des directeurs et chefs de projets de jeunesse du ministère.
La rencontre a démarré avec une brève présentation par le DG de l’ANVT, Omar Agbangba, du volet de Volontariat international de réciprocité, notamment les enjeux, les défis et les expériences de la phase pilote. Ensuite, le DG s’est appesanti sur le contexte d’intervention de l’accord entre l’ANVT et le Centre National de Promotion du Volontariat au Mali, accord qui a abouti à la sélection définitive des 4 volontaires nationaux pour une mission de 12 mois au Mali.

Les 4 volontaires présents dans la salle se sont, tour à tour, présenté à la salle. Ils sont tous revenus sur leur parcours avant d’être retenus pour cette mission, leurs attentes et surtout leurs espoirs après cette mission au Mali.
Le Ministre a tenu à féliciter tout d’abord les volontaires pour avoir été retenu après un long et éprouvant processus de sélection. Ensuite, le Ministre a souhaité, au nom du Chef de l’Etat, et en sa qualité de président de la Confédération des Chefs d’Etat de la CEDEAO, une fructueuse mission au Mali.

S’adressant aux volontaires dans un registre moins formel et direct, Victoire Tomégah Dogbé a tranché :« Vous devez vous considérer comme des élus de votre génération pour aller expérimenter le volontariat dans l’espace CEDEAO. Vous avez donc une grande responsabilité envers la Nation Togolaise. Vous êtes nos ambassadeurs au Mali. Revenez-nous transformés positivement pour partager avec vos collègues du Togo les riches expériences que vous avez acquises au Mali ».

Revenant sur la génèse de cette aventure du volontariat à l’international, le Ministre a montré qu’en raison des richesses culturelles que les pays de la sous-région ouest-africaine ont à partager ensemble, il était de bon ton de mettre en place un cadre d’échanges entre jeunes des différents pays afin de promouvoir cette coopération sud-sud pour le développement de l’espace communautaire. C’est ainsi qu’elle estime que « c’est une première dans notre pays et dans l’espace CEDEAO, que des pays développent des partenariats de volontariat de réciprocité ».

La jeunesse constitue aujourd’hui la force active dans nos pays, le capital sûr dans lequel il faut investir. Et le volontariat est l’un des investissements que l’Etat Togolais a entrepris depuis 2011 pour avoir une jeunesse engagée, bien formée et professionnelle qui s’insère facilement dans le marché du travail.

Comme le Directeur général, le Ministre a promis d’nitier des conventions similaires avec le Burkina Faso, le Niger et bien d’autres pays de l’espace CEDEAO. Le Togo devra en retour  accueillir des volontaires de ces pays.

Inscrit comme initiative innovante et présenté au dernier sommet Europe-Afrique à Abidjan tenu du 9 au 12 octobre 2017, le Volontariat International de Réciprocité (VIR) est un volet de volontariat mis en œuvre par l’ANVT depuis 2015. Il a connu une phase pilote au cours de laquelle 5 volontaires nationaux ont effectué une mission en France entre 2015 et 2016, 6 autres sont partis en France le 2 octobre 2017.

Ils sont aujourd’hui 15 volontaires nationaux du Togo qui ont été mobilisés et déployés pour des missions de volontariat à l’international en France, au Mali et aux Etats-Unis d’Amérique.