Aller au contenu principal
Ministère du Développement à la base, de l'Artisanat et de la Jeunesse

L’OTR rassure les jeunes entrepreneurs sur les nouvelles dispositions fiscales en vigueur au Togo

Publié le : 23 jan 2019
jeudi j'ose

Afin de permettre aux jeunes porteurs d’initiatives de comprendre les dispositions du nouveau code général des impôts et celui des douanes en vigueur depuis le début de l’année, était au cœur du  39eme numéro de la plateforme mensuelle animée par le FAIEJ, Jeudi  J’ose, ce jeudi  17 Janvier 2019 à la Maison des Jeunes d’Amadahomé à Lomé.

 Le Togo applique depuis le début de l’année 2019, un nouveau code général des impôts ainsi qu’un nouveau code des douanes.  Un impératif pour  les autorités Togolaises qui ont fait de l’amélioration du climat des affaires et l’attractivité du Togo pour les investisseurs étrangers, leur cheval de bataille.

 

Le premier numéro de la plateforme des jeunes entrepreneurs Jeudi j’ose s’y est consacré à travers le thème « Nouvelles dispositions fiscales de la loi des finances gestion 2019 : quelle lecture en faire ? ». 

 

Au terme des échanges animés par une délégation d’experts fiscalistes de l’Office togolais des recettes (OTR), il ressort que le nouveau code souffre d’une mauvaise interprétation et que contrairement à la croyance répandue, il est véritablement tourné vers la promotion de la création d’entreprises, de l’emploi et l’implantation des PME/PMI.

 

De la suppression de près d’une dizaine de taxes à l’exonération de l’impôt synthétique pour les deux (02) premières années de création pour les nouvelles PME/PMI et les redevables de la TPU enregistrés au Centre de Formalité des Entreprises (CFE) en passant par l’exonération de la patente pour les deux (02) premières années d’exercice aux  contribuables qui débutent nouvellement leurs activités ou encore la réduction de 40% de l’impôt synthétique pendant (02) ans pour les entrepreneurs non-adhérants aux CGA mais qui appartenant à une structure publique d’encadrement et de promotion du secteur informel (DOSI, ANADEB, FAIEJ etc.), tout l’arsenal fiscal applicable aux jeunes entrepreneurs et PME/PMI a été passé au crible au cours des échanges

 

« Tout ce qui était sombre pour les jeunes a été éclairé. Aujourd’hui ces jeunes savent  que la nouvelle de loi de finance est un outil de promotion de croissance de leurs activités quand il est bien compris et bien expliqué.», a expliqué la Directrice générale du FAIEJ, Mme Sahouda Gbadamassi-Mivedor, à l’issue des échanges.

 

Ce que confirme d’ailleurs Mme Antou, jeune entrepreneure dans la transformation agro-alimentaire « (…) on ne comprenait rien parce qu’étant dans l’ignorance. Cependant, avec cette séance d’échanges, je manque de mots, tellement la peur s’est dissipée. ».

 

Le Ministre du Développement à la base, le Secrétaire général de la Présidence et la Conseillère spéciale du Chef de l'État chargée du Climat des affaires ont par leur présence et au cours de leurs interventions, assuré du soutien sans faille du gouvernement aux entreprises des jeunes et tient à les rassurer que les dispositions du nouveau code des impôts, loin de freiner l'élan des jeunes pour créer leurs entreprises, permet plutôt de leur faciliter et alléger la tâche.

 

Il faut noter que ce 39e numéro de la plateforme Jeudi j’ose a été aussi l’occasion d’informer davantage les jeunes sur le Centre de gestion Agréé (CGA)  et les avantages qu’ils offrent aux jeunes entrepreneurs qui y adhèrent.

 

Logé à la Chambre du commerce et d’industrie du Togo (CCIT), le CGA est un centre mis en place par l’Etat pour aider les jeunes entreprises dans leur développement. Il  accompagne toute personne physique ayant la qualité de commerçant, d’industriel, d’artisan ou d’agriculteur et réalisant un chiffre d’affaires inférieur ou égal à 100 millions de F.CFA hors taxes.

Top