Aller au contenu principal
Ministère du Développement à la Base, de l'Artisanat, de la Jeunesse et de l'Emploi des Jeunes

Discours d'ouverture de l'atelier de validation de l'étude sur la protection sociale des artisans

Publié le : 17 mai 2018

Madame le Directeur Général de l’INAM
Monsieur le représentant du  Préfet d’Agoè Nyivé
Monsieur le Directeur de Cabinet

 Mesdames et Messieurs les Directeurs, Coordonnateur de projets et programmes ;
 Mesdames et Messieurs les Partenaires du secteur de l’artisanat
 Monsieur le Président de l’UCRM,
M le président de l’ASFD
M le directeur général de la caisse de retraite du Togo
Mesdames et Messieurs les Présidents des Chambres de Métiers,
Très chers artisanes et très chers Artisans,
Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

C’est avec un réel plaisir que je voudrais vous souhaiter une cordiale bienvenue et vous remercier d’avoir répondu à notre invitation pour prendre part à cet atelier de « validation de l’étude de faisabilité pour la mise en place d’un dispositif de protection sociale des artisans ».

Votre présence en ces lieux, malgré vos agendas chargés, est une preuve éloquente de votre attachement au secteur de l’artisanat et je tiens à vous réitérer, mes remerciements pour cette sollicitude sans cesse renouvelée.

Je suis ravie de revoir tous les acteurs y compris les, responsables des structures d’encadrement du secteur, les représentants des ministères et structures,  les élus des artisanes et artisans venus de toutes les régions 

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Le secteur de l’artisanat togolais, faut-il encore le rappeler, constitue un précieux outil de croissance économique et sociale.

En effet, l’artisanat est un secteur très diversifié qui présente d’énormes potentialités. 
Il sert d’appoint aux différents autres secteurs stratégiques du pays, notamment l’industrie, le commerce, le tourisme, l’agriculture, la culture.
 il est grand pourvoyeur d’emplois et contribue ainsi à lutter contre le chômage des jeunes et la pauvreté.
 Il met en valeur les ressources locales, conserve et promeut le patrimoine culturel.  Il contribue de façon notable à la formation du produit intérieur brut (PIB).

C’est d’ailleurs ce qui justifie les importantes réformes que nous avons engagées depuis plusieurs années en vue de lui permettre de jouer effectivement le rôle qui est le sien dans le processus de développement du pays.

Distingués invités, Mesdames et Messieurs,

Le Gouvernement togolais, sous l’impulsion du Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé a inscrit le développement de l’artisanat parmi les priorités des stratégies nationales de développement du pays.

En effet, après  avoir doté le secteur d’une Politique nationale de développement en 2011, nous avons, ensemble avec vos différents apports, travaillé à la mise en œuvre des axes stratégiques de cet important outil de pilotage. Ceci s’est traduit par :
- l’adoption du Code de l’artisanat en République Togolaise et, tout récemment, des textes de reformes des Chambres régionales de métiers qui ont consacré la création de l’Union des Chambres régionales de métiers (UCRM);
- la redynamisation ou la création dans les préfectures du pays des bases d’appui aux activités des artisans que sont les Centres de ressources pour l’artisanat (CRA). 

Ces centres sont conçus comme des lieux d’animation, de mutualisation des ressources et d’accès aux équipements que les artisans et les petites entreprises artisanales peinent à acquérir individuellement.

- la mise en place d’un Système d’informations sur l’artisanat  (SIA) avec pour mission la collecte, le traitement et la diffusion des informations sur l’artisanat.

Toujours dans le souci de renforcer les performances du secteur, de nombreuses actions ont été entreprises dans le cadre de divers projets de développement afin de renforcer les capacités techniques, matérielles, financières des artisans et promouvoir la visibilité du secteur sur le plan national et sous régional.


Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

En dépit de tous ces efforts engagés, ce secteur de l’artisanat reste confronté à certains défis de taille dont ceux portant sur les mécanismes de protection sociale devant garantir l’épanouissement effectif des artisans ».

En effet, l’absence d’un système de protection qui prémunit les artisans des risques professionnels et sociaux auxquels ils sont exposés, est une réalité.
Les artisans peuvent évoluer  dans une situation de précarité les rendant vulnérables à tous les aléas.

C’est à juste titre que le diagnostic sectoriel réalisé dans le cadre de l’élaboration de la PNDA a relevé un certain nombre de faiblesses majeures

- l’environnement de travail caractérisé par la fréquence de cas d’accidents,
- les diverses maladies professionnelles inhérentes à l’exercice du métier et
- l’inexistence d’une couverture sociale adaptée aux artisans

Il est établi que c’est au quotidien que les artisans sont confrontés à divers risques sociaux tels que la maladie, les accidents, l’infirmité, le décès, la vieillesse, etc. Ce sont des évènements malheureux devant lesquels ils restent impuissants, ne disposant pas suffisamment ou pas du tout de ressources pour se prendre en charge quand le sinistre se produit.

Et bien qu’étant l’une des plus grandes composantes de la population active, force est de constater que, les artisans, non seulement, ne sont pas pris en compte dans les mécanismes publics de protection sociale mais aussi, ne trouvent pas des offres adaptées de couverture auprès des structures privées actives dans ce domaine.

Pour pallier cette situation, la Politique nationale de développement de l’artisanat (PNDA) a fait du « développement d’un mécanisme approprié de protection sociale des artisans » une orientation stratégique à part entière si nous tenons à améliorer véritablement le quotidien des artisans et aussi, à rendre ce secteur attractif à notre jeunesse.


C’est pourquoi, Mesdames et Messieurs, Distingués invités,

le Ministère du développement à la base, de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, a sollicité les services d’un consultant afin de mener une « étude de faisabilité pour la mise en place d’un dispositif de protection sociale aux artisans ».

La cérémonie qui nous réunit ce matin a donc pour vocation de vous soumettre, au cours des travaux qui vont suivre, le projet de rapport de ladite étude réalisée par le Cabinet d’études et de conseil PROGRESS SYSTEM.

Ainsi, il sera requis de votre part : de donner votre appréciation sur son contenu, d’analyser les stratégies proposées et d’apporter vos précieuses contributions à son amélioration en vue de sa validation.


Mesdames et Messieurs, participantes et participants
Je me réjouis de la significative représentativité des artisans dans cette salle compte tenu de l’importance que revêtent les résultats des travaux pour eux.

Chers amis artisans, soyez suffisamment participatifs, émettez vos préoccupations, exprimez vos inquiétudes et soumettez vos recommandations au cours de cette rencontre qui se révèleront décisifs pour la suite du processus.

Ensemble avec les autres participants, vous serez appelés à :
• à approuver l'état des lieux établi,
• à examiner le niveau de vulnérabilité des artisans,
• à évaluer leur niveau effectif de contribution,
• à apprécier la solidité de la fondation qui supportera tout l’édifice, à savoir, le mécanisme de protection sociale proposé ainsi que le dispositif institutionnel qui l’abritera.
Pour ce faire, je voudrais savoir compter sur vous tous, chers participants, sur votre lucidité dans l’analyse du document, sur vos critiques constructives et sur le réalisme de vos propositions pour qu’au terme des travaux, nous disposions d’un document validé.

Ce document est appelé à devenir un véritable gouvernail devant nous amener à construire les bases solides sur lesquelles reposera notre système de couverture sociale adaptée aux conditions et aux spécificités des artisans.

J’estime qu’en fin de journée vous vous serez suffisamment appropriés du document et que votre adhésion aux mécanismes validés sera déjà parfaite, de sorte à vous trouver toujours accessibles chaque fois que nous aurons besoin de votre contribution aux différentes étapes d’implémentation du dispositif.

Je voudrais lancer un appel à tous les partenaires en développement à apporter leur précieux appui et leurs bonnes expériences à la réussite de ce processus que nous avons engagé.

J’ai rendu compte à son excellence le PR qui nous félicite pour la démarche.  Il sera très attentif aux résultats de cet atelier que nous exploiterons judicieusement aux fins de la concrétisation des attentes de nos valeureux artisans.

Je vous remercie par avance pour vos contributions et suggestions qui seront attendues au-delà même des travaux de ce jour.

Honorables invités, Mesdames et Messieurs
Avant de clore mon propos, je voudrais saluer les efforts que chacun de vous, individuellement ou collectivement, ne cesse de déployer pour le développement de l’artisanat

Mes remerciements renouvelés vont aux partenaires en développement, qui ne cessent de nous appuyer dans cette exaltante mission. 

Je reste persuadée qu’ici encore, nous recevrons un écho favorable de votre part, une fois sollicitée.
Je m’en voudrais de ne pas exprimer ma gratitude à l’équipe de consultants qui a travaillé d’arrache-pied à l’élaboration de ce document et à tous ceux qui, à l’instar des techniciens de l’Institut national d’assurance maladie (INAM), ont apporté un coup de pouce à sa finalisation.

C’est avec un ardent souhait de voir cette rencontre atteindre son objectif, que je déclare ouverts les travaux de « l’atelier de validation de l’étude de faisabilité pour la mise en place d’un dispositif de protection sociale des artisans ».

Je vous remercie.
 

Top