Aller au contenu principal
Ministère du Développement à la Base, de l’Artisanat et de la Jeunesse

14 000 jeunes mobilisés pour les Travaux à haute intensité de main-d’œuvre (THIMO)

Publié le : 20 mai 2019
coup de pioche

C’est à travers un coup de pioche que la Ministre du développement à la base, de l’artisanat et de la jeunesse, Victoire Tomegah Dogbé a procédé jeudi 16 mai 2019 à Hétsiavi dans le canton de Zafi (Préfecture de Yoto), au lancement officiel des Travaux à haute intensité de main-d’œuvre (THIMO) en présence de la Représentante résidente de la Banque mondiale au Togo, Mme Yawa Cissé Wagué.

Au total, 14.000 jeunes (hommes et femmes) togolais, âgés de 18 à 35 ans, handicapés ou non, déscolarisés ou non-scolarisés, en situation de pauvreté, issus de 200 villages des 150 cantons les plus pauvres du Togo sont concernés par cette composante du projet d’opportunités d’Emploi pour les jeunes vulnérables (EJV).

Ces jeunes percevront à chaque dix (10) jours de travail, une somme de 15.000 francs CFA et ce, durant quatre (04) mois. Au cours de leur mission de volontariat, ils  bénéficieront également de formations en développement d’affaires,  en gestion à la base et sur les compétences de vie.

Les THIMO visent à offrir aux jeunes retenus, l’occasion de développer de saines habitudes de travail et d’acquérir des valeurs civiques tout en participant à une activité valorisée par la communauté.

« A ce jour, 5.040 jeunes sur 7.720 déjà enregistrés dans 72 villages ont été sélectionnés par tirage au sort réalisé de façon participative, en assemblée villageoise. Les femmes occupent 58% du nombre total de jeunes sélectionnés, soit 2.909 sur les 5.040. Le processus d’identification des 8 960 jeunes restants est en cours dans les 128 villages qui n’ont pas encore tenu leurs assemblées de sélection des jeunes », a laissé entendre la Directrice générale, Mme Mazalo Katanga.

« Ces jeunes vont participer à des Travaux à haute intensité de main-d’œuvre (THIMO) qui caractérisent la phase de volontariat communautaire à laquelle, ils sont appelés, dans la mise en œuvre du projet d’opportunités d’Emploi pour les jeunes vulnérables (EJV) », a-t-elle poursuivi.

A la ministre en charge du développement à la base d’expliquer que les THIMO qui sont la version rurale du Volontariat d’engagement citoyen (VEC) piloté par l’Agence nationale de volontariat au Togo (ANVT)  : « Sa grande particularité est qu’il cible les jeunes des milieux ruraux qui n’ont pas accès au programme de volontariat d’engagement citoyen qui se déroule dans les villes. Nous devons reconnaître et saluer l’engagement du Chef de l’Etat à apporter des réponses adaptées et ciblées à chaque catégorie de personnes, suivant leur besoin réel ». 

Pour la réussite du projet d’opportunité d’Emploi pour les jeunes vulnérables (EJV), elle a exhorté  « les bénéficiaires à s’engager davantage dans les différentes composantes dudit projet, à s’unir et à prier pour que la paix et le développement règnent au Togo ».  Ce projet EJV, poursuit-elle, « offre un cadre sérieux d’accès à des emplois temporaires rémunérés pour nos jeunes dont la force de travail est très admirable, mais jusqu’ici  valorisé. Il constitue également l’opportunité d’accès à des renforcements de capacités qui sont le socle du progrès que nous voulons pour notre pays ».

De son côté, la Représentante résidente de la Banque mondiale au Togo, HAWA Cissé Wagué a  déclaré : « Je suis très contente de constater des avancées significatives du projet EJV. Après avoir écouté  des témoignages des jeunes bénéficiaires de ce programme au Nord du pays, je suis convaincue que les résultats seront bientôt atteints avec succès. Je réitère le soutien sans faille de mon institution à accompagner le Togo dans ses différents projets de développement communautaire, notamment le programme national de développement (PND) qui scelle notre partenariat actuel ».

A l’occasion, la ministre chargée du développement à la base, la Représentante résidente de la Banque mondiale et le préfet du Yoto ont procédé à la remise symbolique du matériel de travail aux bénéficiaires des préfectures de Vô, du Bas-Mono et Yoto.

Le financement dédié à cette composante s’élève à 5,1 milliards de francs CFA pour une durée de deux (02) ans.

Démarré depuis 2017, le Projet EJV est financé sous forme de don (IDA : 1730) par la Banque mondiale à hauteur de neuf (09) milliards de francs CFA pour une durée de quatre (04), incluant, en dehors du volontariat communautaire et des formations, la composante 2 : « Appui aux activités génératrices de revenus » d’un coût total de 1,5 milliard de francs CFA destinés à soutenir le démarrage ou l’extension des activités génératrices de revenus d’au moins 10.000 jeunes bénéficiaires qui auront terminé avec succès leur parcours de volontariat communautaire.

 

Top