Aller au contenu principal
Ministère du Développement à la Base, de l’Artisanat et de la Jeunesse

35 000 emplois créés dans les PME agricoles avec le PAEIJ-SP

Publié le : 25 avr 2019
container

Depuis 2016, la Banque Africaine de Développement a investi 1,7 millions de dollars (994 846 000 FCFA) dans le Projet d’Appui à l’Employabilité et à l’Insertion des Jeunes dans les Secteurs Porteurs (PAEIJ-SP) au Togo, qui a permis la création de 35.000 emplois.

Lors de leur lancement en 2011, Agrokom et Jonction de croissance Agricole (JCAT) comptaient chacun une douzaine d'employés, dont très peu de jeunes.

 Agrokom transforme les graines oléagineuses (soja et noix de palme) en farine de bétail et en huiles comestibles. JCAT produit et commercialise du soja biologique.

En 2016, la capacité de production annuelle d'Agrokom n'était que de 180 tonnes de soja, tandis que JCAT avait une capacité de 1 000 tonnes, ce qui était insuffisant pour répondre à la demande croissante. Les deux sociétés ont ensuite bénéficié du soutien du PAEIJ-SP, d'une enveloppe de financement de 3,4 millions de dollars, dont la moitié de la Banque africaine de développement et l'autre 50% d'institutions de microfinance du Togo.

"L’idée du projet était d’abord d’identifier les petites et moyennes entreprises agroalimentaires ou les secteurs à fort potentiel de croissance, confirmés par la croissance des marchés", a expliqué Amouzouvi Kokou, responsable du projet à la Banque.

"L'étape suivante consistait à soutenir les stratégies de croissance de ces entreprises - en développant leurs capacités et en leur fournissant des fonds - et à développer les chaînes de valeur qui les entourent, créant ainsi des opportunités d'emploi pour les jeunes et les femmes."

Objectifs atteints

Trois ans plus tard, le projet s'est avéré un succès. Agrokom transforme 6 000 tonnes de soja par an, générant 3 242 emplois directs et 8 505 emplois temporaires dans sa chaîne de valeur (approvisionnement, transformation et distribution). JCAT exporte 10 920 tonnes de soja biologique vers les États-Unis, l'Allemagne et la Chine, créant ainsi 3 203 emplois directs et 6 931 emplois temporaires.

Le PAEIJ-SP a créé un total de 35 000 emplois (14 290 emplois directs et 20 940 emplois temporaires), bien au-delà des 20 000 emplois prévus, et bénéficiant particulièrement aux jeunes Togolais.

"Le projet a changé beaucoup de choses dans ma vie quotidienne, car je suis passé de l'agriculture de subsistance à l'agriculture de rente", a expliqué Michel Komi Koutchena, un primo- entrepreneur dans le secteur du maïs.

"Sur trois hectares, j'ai maintenant 11 hectares de maïs. Ma production a presque quadruplé. Mes ventes me permettent de subvenir aux besoins de ma famille et d’employer 63 personnes", a poursuivi Michel, qui a exprimé sa joie de voir les jeunes de son village ne plus aller en ville ni à l’étranger pour chercher le bonheur.


Wadja N'Yemba, président de l'association Nipa au nord du Togo, s'est également félicité des résultats: "Auparavant, nous produisions chacun notre soja individuellement. Ensuite, ils nous ont parlé du lancement d'un projet susceptible de nous aider. Nous avons obtenu des prêts pour développer nos champs de soja, créer des associations et générer plus de revenus. " "Il s'agit d'un projet exemplaire dans lequel la Banque a démontré son avantage comparatif pour la promotion des PME agro-alimentaires et l'emploi des jeunes dans les chaînes de valeur agricoles togolaises. Ce projet établit une référence pour le gouvernement togolais en matière d'emploi des jeunes", dit Kokou.  

Produire encore plus

En octobre 2018, la campagne de récolte de soja biologique 2018-2019 a été lancée dans la ville d'Agan, dans l'est du Togo. Au cours de la cérémonie, 15 batteuses ont été remises aux producteurs pour faciliter leur récolte. "Je mets 32 hectares de terre en soja bio et j'espère récolter entre 50 et 60 tonnes", a déclaré Rahim Koffi Tolo, l'un des plus grands producteurs de soja bio au Togo, promoteur de la JCAT. Le Togo compte 1 765 producteurs qui  exploitent 7 292 hectares de terres cultivées.

 

 

Top