Aller au contenu principal

Projets - Tous les projets

Le projet de développement communautaire et des filets sociaux (PDCplus) est un projet de réduction de la pauvreté initié et mis en œuvre par le gouvernement togolais avec l’appui de la Banque mondiale. Il a démarré le  10 juillet 2012 et est l’un des instruments de mise en œuvre de la stratégie de croissance accélérée et de la promotion de l’emploi (SCAPE) élaborée en 2012 et est particulièrement orienté vers les populations les plus pauvres du Togo. Le PDCplus fait suite au projet de développement communautaire (PDC) qui est un projet similaire mis en œuvre de 2008 à 2013 et dont les résultats ont été jugés satisfaisants.

Le Projet d’Appui à l’Employabilité et à l’Insertion des Jeunes dans les Secteurs Porteurs (PAEIJ-SP)  est un projet de l’Etat Togolais initié par  le  Ministère du Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes (MDBAJEJ). Il est  conjointement financé par le Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD) et l’Etat togolais. Il répond à la préoccupation de l’emploi des jeunes au Togo et promeut l’entrepreneuriat dans les secteurs porteurs, notamment le secteur agricole. Il a une durée de 5 ans et a démarré en 2016. Il couvre tout le territoire national avec un accent particulier sur les régions les plus pauvres notamment les régions des savanes, Centrale et Plateaux. Il prendra fin en 2020.

Le projet a pour objectif de contribuer à créer les conditions d’une croissance économique plus inclusive à travers le renforcement de l’employabilité des jeunes et la promotion de l’entreprenariat dans les secteurs porteurs. Il vise la création de 19 600 emplois à l’horizon 2020 et cible les filières maïs, manioc, soja, petits ruminants et volailles. Il se met en œuvre à travers  l’approche chaîne de valeur agricole (de la production à la consommation en passant par la transformation et la commercialisation) et le développement de clusters agro-industriels (concentration ou regroupement de producteurs, d’agro entrepreneurs et de prestataires de services d’appui qui sont engagés et interconnectés dans le même sous-secteur et construisent des réseaux d’affaire e valeur pour relever les défis communs).

1 200 jeunes de 18 à 45 ans dont 30 % de femmes et 1000 groupements de petits producteurs / éleveurs et 200 femmes issues des villages vulnérables  bénéficieront des services non-financiers et financiers, afin de créer et gérer leurs entreprises et de fournir des biens et services aux autres acteurs du cluster (un cluster est composé au moins d’une entreprise structurante, des producteurs agricoles et de jeunes entreprises à créer dans les maillons amont et aval).

Le projet  entend apporter une réponse conjoncturelle aux besoins d’insertion des jeunes via un appui à l’entreprenariat en particulier dans les chaines de valeur agricole. Un appui spécifique aux populations vulnérables issues des villages vulnérables et enclavés sera apporté afin de les connecter à la dynamique économique que le projet entend impulser en zone rurale.

En outre, le projet envisage d’apporter une solution structurelle au sous-emploi des jeunes en développant les outils de prospective et d’adaptation du système de formation professionnelle aux besoins du marché du travail.

Top