Le FNFI fait le bilan de son Programme Assurance



Le Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI) a tenu ce Jeudi 15 Juin à Lomé un atelier bilan et perspectives de son Programme Assurance.

A titre de rappel, le Programme Assurance FNFI est un important programme de protection sociale lancé par le chef de l’Etat le 24 Avril 2016 et vise à garantir la pérennité des activités génératrices de revenus de tous les bénéficiaires des produits du FNFI.

Plus d’un an après le lancement de cet important outil de protection sociale, les différents acteurs impliqués dans l’opérationnalisation de ce programme ont procédé à un premier bilan d’étape. Cet exercice initié depuis Février 2017, a démarré par une tournée approfondie qui a permis à l’équipe d’aller à la rencontre des acteurs principaux (bénéficiaires et prestataires) dans toutes les préfectures du territoire national. L’équipe a pu ainsi identifier toutes les forces et faiblesses de la mise en œuvre du programme et proposer des solutions idoines à la bonne expansion de ce programme hautement stratégique.
Il s’agit par la promotion de ce produit transversal de faire en sorte que lorsque ces évènements difficiles ou contraignants surviennent lors de la réalisation des activités, les agriculteurs, les jeunes, les femmes…ne soient point éprouvés au-delà des vicissitudes des situations contextuelles et surtout de ne plus retourner aux états initiaux déplorables qu’ils ont quitté par l’adhésion au FNFI.
Voici en intégralité le discours prononcé par Victoire DOGBE, à la clôture de cet important atelier.
‘’ Madame la Directrice des Etablissements de Soins représentant Monsieur le Ministre de la santé et de la protection sociale,
Madame le Directeur Général de SUNU ASSURANCE,
Monsieur le Représentant du Directeur National des Assurances,
Monsieur le Représentant du Directeur Général de Togo cellulaire,
Monsieur le Directeur Général du Fonds National de la Finance Inclusive,
Mesdames et Messieurs les Directeurs Régionaux et préfectoraux de la Santé,
Mesdames et messieurs les Directeurs Généraux des PSF partenaires du FNFI,
Mesdames les présidentes FEBESEF et Fédérations Développement à la Base,
Chers bénéficiaires du produit assurance FNFI,
Mesdames et Messieurs,
Je me réjouis de venir partager avec vous ces moments de synthèse sur l’atelier bilan et perspectives sur le produit assurance FNFI.
Il me plait tout d’abord de rappeler que le 25 Janvier 2014, dans l’enthousiasme et la ferveur populaire, le Chef de l’Etat, SEM Faure Essozimna GNASSINGBE, lançait à Kara le Fonds National de la Finance Inclusive. Dans sa vision, cet instrument puissant de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale doit permettre à tous nos concitoyens, spécialement les plus vulnérables d’intégrer, non seulement le paysage financier, mais également d’améliorer par le fait même leurs conditions de vie et de sortir progressivement de la précarité et du mal être en bien.
L’inclusion financière à laquelle le Président de la République nous conviait, par la mise en route de ce puissant outil d’ascension sociale, récapitule dans sa dimension philosophique, non seulement les produits financiers classiques (épargne et crédit) adossés à une activité génératrice de revenus, mais également des vecteurs puissants d’amortissement des chocs sociaux et brutaux que peut engendrer la réalisation des actions de de production et de développement par les populations à la base.
Dans ce contexte, il a été constaté que beaucoup de nos concitoyens, en particulier les femmes, dans les hameaux, campagnes, villages et villes de notre pays, ont adhéré massivement aux idéaux et produits du Fonds National de la Finance Inclusive. Plus de 700.000 personnes ont ainsi rejoints en quelques années l’effectif des utilisateurs des produits APSEF, AJSEF et AGRISEF, et autres produits développés par le FNFI.
Mais la fragilité sociale et humainement ontologique - maladie, décès, incendie…- a amené le Président de la République à décider de l’intégration rapide à la dimension épargne et crédit des autres éléments de temporisation sociale, notamment le Produit Assurance.
Le 24 Avril 2016, à Blue Zone à Lomé le Chef de l’Etat, a lancé le Programme Assurance du FNFI, avec pour finalités d’assurer la pérennité des activités génératrices de revenus des différents bénéficiaires des produits FNFI en cas de survenance d’évènements malheureux. Il s’agit par la promotion de ce produit transversal de faire en sorte que lorsque ces évènements difficiles ou contraignants surviennent lors de la réalisation des activités, les agriculteurs, les jeunes, les femmes…ne soient point éprouvés au-delà des vicissitudes des situations contextuelles et surtout de ne plus retourner aux états initiaux déplorables qu’ils ont quitté par l’adhésion au FNFI.
Dans cette optique, le produit Assurance, doit être perçu comme une véritable chance pour tous les bénéficiaires du FNFI et constitue d’une certaine manière un maillon de référence dans la politique de protection sociale et de couverture des risques prônés par le Gouvernement. Il est heureux de constater, ici encore, que l’assurance FNFI représentait une attente forte des populations qui y ont souscrit tout de suite, non seulement, en vue de prévenir, d’anticiper les risques liés à l’activité humaine, mais aussi de consolider l’ancrage effectif dans le paysage financier pour l’amélioration des conditions de vie.

Mesdames, Messieurs,
Le produit assurance participe de la démarche de protection sociale des bénéficiaires du FNFI et il est de bon ton qu’un peu plus d’un an après son lancement, les principaux acteurs se réunissent pour faire la revue générale de son fonctionnement, mieux appréhender les difficultés et défis qui ont été relevés et dresser un plan d’action réaliste pour optimiser le produit sur le terrain et donner satisfaction aux populations.
 Le présent atelier vous a permis de revisiter et d’analyser en profondeur les trois dimensions essentielles de la couverture des risques de l’assurance FNFI : couverture décès, couverture de l’activité (notamment en cas d’incendie) et la couverture maladie qui constitue une révolution dans le paysage de la micro-assurance au Togo.
L’atelier vous a permis de relever les principaux défis généraux du fonctionnement du produit, notamment l’insuffisance d’information et de sensibilisation au niveau des populations, la lenteur de transmission des primes et des données par les PSF à la Cellule assurance du FNFI, les barrières d’ordre sociologique et culturel.

Mesdames et messieurs,
Je puis vous affirmer que le programme de couverture maladie FNFI est une belle illustration de la vision du Chef de l’Etat vers une couverture maladie universelle pour permettre dans un premier temps, à tous les bénéficiaires du FNFI et subséquemment à toutes les togolaises et togolais, au moment où ils en ont besoin d’accéder, à des soins de qualité sans aucune entrave financière et sans aucun risque financier.
Comme vous l’avez souligné dans l’atelier, l’assurance maladie participe à une vision soutenue et assumée où tous les individus, tous les ménages et toutes les collectivités bénéficient d’un accès universel à des services de santé promotionnels préventifs, curatifs et réadaptatifs de qualité sans aucune forme d’exclusion et où il leur est garanti un niveau de santé économiquement et socialement productif. Ce noble dessein qui rejoint les Objectifs du Développement Durables des Nations Unies, notamment l’objectif 3 ‘’ Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge ‘’ constitue sans doute la clé de voute du dispositif assurantiel du FNFI. C’est pourquoi nous avons veillé, sur instructions du Chef de l’État, que la quotte part de prime payée par les bénéficiaires pour la couverture décès demeure la même malgré l’extension de la couverture à la protection de l’activité/incendie et à la couverture maladie. Je voudrais saluer l’effort conjoint que notre ministère a fait avec le Ministère en charge de la santé pour la réalisation sur le terrain de cet objectif qui passe par une implication rigoureuse et sérieuse des centres régionaux de santé et des centres médicaux sociaux qui existent sur toute l’étendue du territoire national.
C’est pour cela, que nous apprécions qu’une des recommandations fortes de l’atelier de ce jour est l’invitation adressée aux Directions Régionales et préfectorales de la Santé, en relation avec les PSF sur le terrain, à prendre des mesures adéquates pour que les opérations liées à cette couverture maladie soient effectives partout sur notre territoire. Je remercie les Directeurs Régionaux et préfectoraux de la santé qui ont pris part à cet atelier pour l’effort important déployé pour que ces derniers temps la situation s’améliore considérablement sur le terrain. C’est le lieu d’adresser particulièrement nos vives félicitations et nos remerciements appuyés à l’Institution Nationale Togo cellulaire qui dès le début s’est engagé à produire techniquement les kits qui facilitent l’accueil, la reconnaissance et l’indentification des bénéficiaires qui se présentent aux portes des structures de santé du pays pour faire écho à la convention de partenariat signée avec la Direction Générale de Togo-cellulaire le 09 Juin 2016. Je profite de cette occasion pour remercier Togo cellulaire qui a offert au FNFI des kits de prise en charge et soutenu les actions de communication et de visibilité du Programme à hauteur de 10 millions de F CFA à son début.
Comme l’atelier l’a recommandé il est impérieux, que les kits Togo-cellulaire, qui de l’avis général ont été bien confectionnés, soient compris et bien utilisés par l’ensemble du personnel d’accueil des bénéficiaires du FNFI.
Je souhaite aussi rendre hommage à SUNU ASSURANCE et sa Directrice Générale, qui très tôt ont, compris la nécessité d’accompagner le FNFI dans cette démarche assurantielle en proposant une couverture raisonnable des sinistres qui peuvent survenir, notamment la couverture du risque maladie, sans augmentation de la prime initiale pour les bénéficiaires. Je salue à cet effet le partenariat signé avec SUNU ASSURANCE depuis le 22 Mars 2016 et qui a fait l’objet de vos débats de ce jour.
Je ne saurais passer sous silence la collaboration très active à nos côtés de la Direction Nationale des Assurances du Ministère de l’Economie et des Finances qui fait office de régulateur pour le secteur de l’assurance au Togo au titre du code CIMA.
Je sais le rôle prépondérant que les Fédérations de Développement à la Base et la Fédération des Bénéficiaires des Services Financiers (FEBSEF) jouent et sont appelés à jouer plus encore dans la sensibilisation et la mobilisation des communautés à participer activement aux activités de l’assurance FNFI. Je sais que votre présence a permis de capitaliser les succès obtenus et de relever lors de cet atelier les difficultés à surmonter dans nos communautés et régions pour que l’assurance FNFI fonctionne mieux. Je remercie les Présidentes qui sont ici présentes et je leurs demande d’être messagères auprès des autres pour que l’information soit portée avec diligence et enthousiasme auprès de toutes les sœurs et frères dans tous nos milieux sur le terrain.

Mesdames, Messieurs,
Les PSF ont été les premiers partenaires, au titre du principe du faire faire du FNFI. Lorsque la dimension assurance du FNFI a été introduite, les PSF l’ont également introduite à la dynamique de leurs actions, car le Programme Assurance FNFI constitue un atout considérable pour eux-mêmes dans le maintien d’un portefeuille de qualité et de plus en plus croissant. Je voudrais remercier l’ensemble des PSF et leur demander de redoubler d’efforts sur le terrain pour que les messages sur l’épargne, le crédit, les transferts et autre soient accompagnés vigoureusement de la sensibilisation autour du Programme Assurance FNFI au cours du processus de mise en œuvre des produits du FNFI.
Comme l’a souhaité votre atelier, j’invite à une collaboration plus forte entre la Direction Générale du FNFI et les SFD pour que les formations se multiplient au niveau des agents de crédit, des agents commerciaux, des services des opérations des PSF partenaires pour une prise en compte de cette dimension essentielle de la finance inclusive qu’est l’assurance.
Je voudrais terminer mes propos en reprenant quelques recommandations très importantes que vous avez soulignées :
  1. Une plus grande synergie de collaboration entre les différents acteurs impliqués dans le processus. Ce présent atelier devrait permettre d’enclencher résolument cette dynamique.
  2. SUNU ASSURANCE, Assureur partenaire devrait mettre en œuvre plus d’outils sur le terrain pour l’accompagnement du déploiement et permettre à la Cellule Assurance du FNFI de disposer de moyens suffisants et adéquats pour prolonger en ce qui la concerne l’action de l’assureur auprès des PSF partenaires. A cet effet, je souhaite que rapidement une réflexion soit conduite entre SUNU ASSURANCE et FNFI pour que les Volontaires qui ont été prévus puissent être déployés sur partage des couts dans les milieux où c’est nécessaire
  3. Je plaide ardemment pour que le nombre de structures de santé mettant en œuvre le processus de prise en charge soit le plus grand possible avec le suivi bienveillant et efficace des Directeurs Régionaux de Santé,
  4. Renforcer la sensibilisation autour du Programme Assurance,
  5. Je souhaite que ce genre de rencontres qui regroupe l’ensemble des acteurs puisse se tenir périodiquement pour faire le point et permettre que l’ensemble du dispositif puisse avancer sereinement et efficacement pour le bien-être de nos populations.
Mesdames et Messieurs,
Le présent atelier vous permet de repartir sur de nouvelles bases pour optimiser le Programme Assurance. Je voudrais souhaiter fortement que les résolutions issues de ces assises puissent nous permettre de passer à échelle.
En vous souhaitant un bon retour dans vos milieux et foyers respectifs, je déclare clos l’atelier bilan et perspectives du Programme Assurance FNFI.
Je vous remercie de votre aimable attention…